LES NANOPARTICULES: CERTES TOUTES PETITES MAIS VRAISEMBLABLEMENT TRÈS DANGEREUSES !


La fabrication de nanoparticules, puis leur utilisation dans les produits cosmétiques (principalement dioxyde de titane et zinc) se sont considérablement développées depuis les années 90. C'est vrai que les promesses de ces ingrédients sont alléchantes : qui ne rêverait pas d'un maquillage qui tient facilement toute la journée, d'une crème hydratante qui laisserait votre peau hydratée et lissée pour une semaine ou d'un fond de teint dont l'application d'une simple couche très fine permettrait de masquer parfaitement vos imperfections ? Souvenez-vous, jusqu'à la fin des années 80, les crèmes solaires étaient toutes blanches. Aujourd'hui elles sont transparentes... grâce aux nanoparticules.

Et pourtant... de plus en plus d'études viennent démontrer que ces "particules miracles" sont en fait très toxiques chez la souris. Même à faible dose, elles diminuent considérablement la capacité de l'organisme à lutter contre les mécanisme pro inflammatoires (responsables, entre autre, du vieillissement) et favorisent l'apparition de lésions pré cancéreuses.

On a bien sûr trop peu de recul pour connaître leur effet chez l'homme, mais il est à craindre que leur toxicité chez la souris soit voisine de ce qu'elle est chez les autres mammifères.

Mais qu'est-ce qui les rend si potentiellement dangereuses ? Les nanoparticules sont des molécules dont la taille est inférieure à 100 nanomètres. Très concrètement, cela veut dire qu'elles sont 50 000 fois plus petites qu'un cheveu fin. Elles sont donc plus petites que nos cellules et notre organisme ne sait donc pas les filtrer ou les maîtriser.

Petit à petit, les autorités s'organisent. La Loi Grenelle 2 de 2013 fait par exemple obligation aux industriels à déclarer chaque année les quantités qu'ils utilisent et préciser les produits dans lesquels elles sont incorporées. Les fabricants de produits cosmétiques ont aussi l'obligation d'indiquer clairement sur le packaging si les produits en contiennent. Tous ne le font pas ce qui a, par exemple, conduit l'association UFC-QUE CHOISIR à porter plainte contre une dizaine de fabricants.

https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-nanoparticules-dissimulees-9-plaintes-de-l-ufc-que-choisir-contre-des-fabricants-de-produits-alimentaires-et-de-cosmetiques-n50840/

Chez Iroisie, nous estimons qu'il ne serait ni responsable ni raisonnable d'utiliser telles particules et préférons travailler davantage au laboratoire pour obtenir finalement le même résultat (par exemple une BB Crème qui ne laisse pas de film blanc malgré un SPF25, Soin Parfait BB Cream Iroisie).

IROISIE, LA BEAUTÉ, LE RESPECT



juin 7, 2018